Généralités: le Service Mobile Maritime

Retour Test CRR (gratuit)

Pour assurer la sécurité en mer, des organismes internationaux tels l'OMI (Organisation Maritime Internationale) basée à Londres et l'UIT (Union Internationale des Télécommunications) basée à Genève ont définis des réglementations Maritimes et de Radiocommunications.

L' OMI a modifié en 1974 la convention internationale pour la sécurité en mer, dite convention SOLAS (Safety Of Life At Sea) originellement définie en 1912 à la suite du naufrage du Titanic. Elle l'a ensuite amendée en 1988 pour donner les bases du "Système Mondial de Détresse et de Sécurité en Mer: le SMDSM (GMDSS en anglais) devenu obligatoire pour les navires professionnels, dits "astreint" le 1r Février 1999. Dans ce cadre, l'OMI a défini des Recommandations sur les équipements et un recueil, le GMDSS Masterplan inventoriant les services et les stations côtières participants au SMDSM.

L' UIT de son coté gérant tout ce qui est Télécommunications, a défini un ensemble de documents: les "Règlements des Radiocommunications" maritimes (plan de fréquences, procédures de radiocommunications, ...), des "Recommandations" (précisant entre autres les spécifications techniques des équipements) ainsi que des "Nomenclatures" (documents obligatoires à bord des navires dits "astreints") à savoir la liste des stations côtières et de navires ainsi que les indicatifs d'appel et identités des stations radios.

La convention SAR (Search And Rescue) entrée en vigueur en 1985, contient un plan permettant la coordination mondiale des opérations de recherche et sauvetage en mer. Les appels de Détresse, d' Urgence et de Sécurité sont transmis vers des CROSS (Centre Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage) ou MRCC (en anglais).

Le service mobile maritime est un système de radiocommunication de couverture mondiale, constitué de moyens à terre (stations côtières et portuaires), de moyens sur les navires et de satellites (4 satellites géostationnaires) de l'organisation Inmarsat. L'ensemble couvre la quasi-totalité des mers du globe, offre des services de sécurité (transmission d'alertes, des renseignements sur la sécurité maritime), des services de correspondance publique (radiotéléphonie, telex, fax, transmission de données), etc.

Un navire participant au service mobile maritime doit posséder une station radio (émetteur/récepteur). Un indicatif d'appel est associé à tout navire possédant une station radio (indicatif attribué en France par l'ANFR). Une licence radio est nécessaire par navire, elle détaille toutes les stations radio installées à bord. Elle est délivrée en France par l'ANFR et renouvelée chaque année. Sur cette licence, on trouve: le nom du navire, l'indicatif d'appel de la radio du navire, un numéro d'identification SMDSM: MMSI (le cas échéant), les coordonnées du titulaire, le code d'identification de l'autorité comptable (le cas échéant), etc. Ces données sont transmises aux organismes de secours en mer.

Tout utilisateur d'équipement VHF (radio fixe ou portative ASN, radiobalise) doit être titulaire, dans les Eaux Françaises d'un permis Eaux maritimes (Côtier), dans les Eaux Intérieures Françaises d'un permis Eaux Intérieures (Fluvial). En dehors des Eaux Françaises, tout utilisateur d'équipement VHF doit être titulaire d'un certificat d'opérateur. Le contrôle des Licences et des Certificats d'opérateur est effectué en mer par les Affaires Maritimes, la Gendarmerie ou les Douanes.

Pour la navigation côtière, des fréquences "VHF" (ondes métriques) sont utilisées. La portée des stations côtières VHF va jusqu'à 20 à 30 milles. La bande de fréquences des radios VHF maritimes est comprise entre 156 à 162 Mhz. Elle est divisée en 55 voies (ou canaux), réparties en voies "simplex" et en voies "duplex". Les voies VHF sont espacées de 25 khz. Pour la navigation à plus grande distance et en haute mer, d'autres bandes de fréquences sont utilisées, à savoir les MF (Moyennes Fréquences: 300khz à 3Mhz), les HF (Hautes fréquences: 3Mhz à 30Mhz) et les UHF (Ultra Hautes Fréquences: 300Mhz à 3Ghz). Les satellites de l'organisation internationale Inmarsat (bande de fréquence de 1,5 et 1,6 Ghz) complètent le dispositif.

Pour la coordination en France métropolitaine des opérations de recherche et sauvetage en mer, il y a 5 CROSS: Gris-Nez (Manche Est), Jobourg (Manche centrale), Corsen (Manche ouest), Etel (Atlantique), La Garde (Méditerranée) et un sous-CROSS (Aspretto). Deux CROSS (Gris Nez et La Garde) assurent le contact avec les CROSS étrangers. Dans les DOM, il y a 2 CROSS: CROSSAG (Antilles Guyane), CROSSRU (Océan indien) et un sous-CROSS (Cayenne).

Le SMDSM

Un des apports majeur au "Service Mobile Maritime" est le "Système Mondial de Détresse et de Sécurité en Mer" (SMDSM). Il fait appel à des techniques d'Appel Sélectif Numérique ASN (DSC en anglais) permettant une transmission entièrement 'automatisée' d'appels et d'alertes en format 'numérique' à destination de toutes les stations ou d'une station particulière, ce qui n'était pas possible auparavant avec la radios VHF (voie 16). Ainsi par exemple, un simple appui (prolongé) sur le bouton "Détresse" de la Radio VHF ASN d'un navire transmet immédiatement un appel de détresse (voie 70) vers les centres de secours et tous les navires. De la même manière, lorsqu'un appel ASN de détresse est reçu par une station ASN, il est enregistré dans un journal des appels, et une sonnerie d'alerte se déclenche. Les détails de l'appel sont affichés sur l'écran, ce qui rend la veille sur la voie 70 automatique.

Un numéro d'identification de 9 chiffres, le MMSI (Maritime Mobile Service Identity) est attribué à chaque navire (en plus de l'indicatif d'appel). Un MMSI vaut pour un navire et tous ses équipements radios à bord. Couplé à des systèmes de positionnement par satellite GPS, la position du navire peut être transmise dans le corps du message ASN, pour localiser le navire. Le MMSI doit être configuré dans chaque station radio ASN et Radiobalises de bord. Les Radiobalises de Localisation de Sinistres (RLS) émettent leur signal (406 Mhz) vers le système satellite COSPAS-SARSAT.

Dans le cadre du SMDSM, quatre zones océaniques ont été définies par l'OMI, couvertes par les moyens de radiocommunication minimums suivants:

Zones SMDSM

Equipement à terre ou satellite Portée, fréquences

A1

station côtière VHF, dans laquelle la fonction ASN est disponible en permanence

20 à 30 milles
ondes métriques: 156 à 162 Mhz

A2
(hors A1)

station côtière BLU-ASN en MF, dans laquelle la fonction ASN est disponible en permanence

150 à 300 milles
ondes hectométriques: 300 khz à 3 Mhz

A3
(hors A1, A2)

satellites géostationnaires Inmarsat B, C, M ou F en UHF

entre parallèles 70°N et 70°S
ondes décimétriques: 1,5 et 1,6 Ghz

A4
(hors A1, A2, A3)

station(s) BLU-ASN en HF

latitudes polaires
ondes décamétriques: 3 à 30 Mhz

Note: pour toutes les zones, utilisation possible de radiobalises (RLS), signal de détresse via les satellites COSPAS/SARSAT

Vue simplifiée SMDSM

Cette vue simplifiée présente les principaux moyens en mer, à terre et satellite du SMDSM, ainsi que leur inter-relations

apercu smdsm

Cette vue du "SMDSM" n'est pas exhaustive. Pour des informations complémentaires se référer au manuel de Préparation à l'examen du CRR sur le site de l'ANFR, ou tout autre document adéquat. Toute remarque sur cette page est à envoyer au webmaster.

Abréviations:

ANFR: Agence Nationale des Fréquences
ASN:
Appel Sélectif Numérique, ou DSC: Digital Selective Calling
BLU: Bande Latérale Unique
CROSS:
Centre Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage, ou MRCC: Maritime Rescue Coordination Center
GPS:
General Positioning System
HF:
High Frequency
MF:
Medium Frequency
MMSI: Maritime Mobile Service Identity
OMI: Organisation Maritime Internationale
SAR: Search And Rescue
SOLAS: Safety Of Life At Sea
SMDSM: Système Mondial de Détresse et de Sécurité en Mer, ou GMDSS: Global Maritime Distress and Safety System
UIT: Union Internationale des Télécommunications, ou ITU: International Telecommunication Union
VHF: Very High Frequency

Retour Test CRR (gratuit) Haut de page